Archive et versions dans d'autres langues
Si vous ne voyez pas correctement la newsletter, cliquez ici
 

Juin 2010

Version à imprimer et diffuser
Dans ce numéro:
 


Éditorial
de Carlo Petrini

Le projet du mois
Le marché de la terre de Hamra

Pour que les petits producteurs traditionnels puissent trouver leur place dans une Beyrouth toujours plus mondialisée

Les mots-clés de Slow Food
Les Sentinelles

Campagnes
Slow Fish
Sauvons le sultan des poissons

De la terre à la table
Le long de la Route de la soie
Un groupe de recherche rend visite aux communautés de Terra Madre le long de l'itinéraire emprunté par Marco Polo en s'intéressant à la génétique du goût

Renforcer les réseaux

Dans les Balkans comme en Argentine, les communautés de la nourriture se préparent en vue des rencontres nationales de Terra Madre

Journée mondiale de l'environnement
Slow Food Fayoum se tourne vers les jeunes et l'environnement

Un accueil royal
Slow Food UK et Carlo Petrini, invités du Prince Charles

Université d'été sur l'alimentation
Le nouveau programme avancé, en ligne, de l'Université des Sciences Gastronomiques, consacré aux politiques alimentaires durables

Les cantines slow à l'écran
Slow Food France présente dans un film les cantines bonnes, propres et justes

Les voix de Terra Madre
Sagesse indigène dans un monde moderne

Traditions alimentaires

Les saveurs de la rigueur

Pour nourrir l’esprit
Abandon du plastique
Les américains votent l'interdiction des sachets et des bouteilles en plastique

Livres et film
Il est facile de nourrir le monde

Rompre le pain : recettes et histoires des cuisines des immigrés

Un autre monde est cultivable !

Agenda

     




Projet
du mois

Le marché de la terre de Hamra
Pour que les petits producteurs traditionnels puissent trouver leur place dans une Beyrouth toujours plus mondialisée

Liban - Après quinze ans de guerre civile (de 1975 à 1990) et de nombreuses crises internes qui ont achevé de mettre à genoux l'économie et le tissu social de la ville, Beyrouth a aujourd'hui relevé la tête. Mais elle est devenue une ville en quête de modernité et de développement effréné, qui abandonne à grands pas les innombrables traditions liées à son histoire. Afin de donner un nouvel élan à l'économie locale et offrir un débouché commercial aux petits producteurs agro-alimentaires de qualité du pays, Slow Food a lancé à Beyrouth en janvier 2009 le Marché de la Terre de Hamra.
Aujourd'hui, 15 petits producteurs peuvent enfin vendre leurs produits : des fruits et légumes frais aux mouneh (les conserves typiques libanaises), du manhoushe (galette traditionnelle servie avec du thym) à l'huile d'olive et aux savons naturels de production artisanale. Pour tous les paysans et les bergers participants, ce Marché est un succès économique inespéré qui a des répercussions positives fondamentales pour la survie de familles entières. En 2010, l'objectif est de consolider le Marché de la Terre de Beyrouth en couvrant les dépenses liées aux infrastructures et à la gestion, en invitant de nouveaux producteurs et en sensibilisant le public de Beyrouth sur les thèmes liés à la filière courte et au soutien aux petites productions de qualité afin d'attirer de nouveaux consommateurs.

Cliquez ici pour soutenir le projet : www.slowfood.it/donate

< Retour à l'index >


Slow Food
en 2 mots
 


Les Sentinelles

Les Sentinelles sont le projet qui emploie la majeure partie des ressources économiques et logistiques de la Fondation Slow Food pour la Biodiversité. Elles ont été créées pour soutenir les productions de qualité menacées de disparitions, protéger des régions et des écosystèmes uniques, récupérer des techniques de travail traditionnelles et / ou sauvegarder des races animales et des espèces végétales autochtones. Lorsqu'un produit bon, propre et juste menacé de disparition est repéré, les producteurs sont directement concernés : ils reçoivent une assistance technique afin d'améliorer la qualité de leur production, des échanges entre différents pays sont organisés, leurs produits sont valorisés et de nouveaux canaux de distribution sont mis en place, au niveau local et international.
Dans la plupart des cas, la Sentinelle naît de la volonté de protéger un produit répertorié dans l'Arche du goût. Bien souvent, la portée de l'opération dépasse le cadre de la simple protection du produit. Les Sentinelles des fromages au lait cru américains et irlandais, par exemple, travaillent pour que les producteurs puissent continuer à produire leurs fromages artisanaux au lait cru en dépit des limitations imposées par les réglementations bureaucratiques de leurs pays.
Actuellement, 324 Sentinelles existent dans le monde entier et concernent plus de 10 000 petits producteurs durables, avec une attention toujours plus importante pour le Sud du monde.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de la Fondation Slow Food pour la Biodiversité
www.slowfoodfoundation.org/

  < Retour à l'index >



Campagnes

Slow Fish
Sauvons le sultan des poissons

Turquie - Grâce à sa situation extraordinaire, au carrefour entre Mer Noire et Mer de Marmara, la ville d'Istanbul possède une longue tradition de pêche et de restaurants de poisson. Comme par exemple les célèbres sandwiches de poissons préparés sur les bateaux le long des côtes du Bosphore, qui comptent aujourd'hui parmi les en-cas les plus populaire auprès des 12 millions de Stambouliotes. Toutefois, les réglementations qui régissent la pêche se sont récemment éloignées de l'aspect durable, jetant ainsi un voile d'incertitude sur l'avenir d'un des poissons les plus prisés de la ville, le lüfer, appelé "sultan de tous les poissons". C'est pour cela que Slow Food Istanbul a lancé la campagne "Ne laissons pas le lüfer s'éteindre !", dans le but de sensibiliser l'opinion publique, l'industrie alimentaire et le gouvernement.
"Le lüfer est un poisson fascinant", explique Defne Koryurek, la fondatrice de Slow Food Istanbul, "qui migre de la Mer Noire à la Mer Méditerranée… Le long de sa route migratoire, sa saveur change en fonction des poissons dont il se nourrit et de la teneur en sel des eaux qu'il traverse". Les pêcheurs et les chercheurs locaux ont constaté au cours de ces dernières années une chute importante des stocks de lüfer. "À partir de 2002, c'est le baby lüfer qui a fait son apparition dans nos assiettes", raconte D. Koryurek. "Au fil des ans, sans que la plupart des consommateurs ne s'en aperçoivent, ce poisson a en effet été servi de plus en plus petit, et il est désormais rare qu'il atteigne l'âge, et la taille, de la reproduction."
En partenariat avec les pêcheurs, les cuisiniers et les poissonniers locaux, le convivium a lancé une pétition pour demander aux commerçants et aux restaurateurs de la ville de ne pas capturer, servir ou manger de lüfer qui mesureraient moins de 24cm. "En moins d'un mois, nous avons déjà reçu les adhésions d'une centaine d'entreprises et plus de 3000 signatures." Les restaurants et les poissonneries arborent sur leurs vitrines l'autocollant qui témoigne de leur soutien à la campagne, ce qui contribue à sa visibilité.

Slow Fish Challenge

N’oubliez pas que vous pouvez participer au Slow Food Challenge, pour créer un recueil de recettes collectif du poisson bon, propre et juste, en recherchant un poisson durable local, en le cuisinant de façon à ce qu’il donne le meilleur de lui-même, et en nous envoyant la recette.
 
Pour plus d’informations sur le Slow Fish Challenge, cliquez ici.
 
Pour plus d’informations sur la campagne Slow Fish:
www.slowfood.com/slowfish

< Retour à l'index >


De la terre
à la table...


Le long de la Route de la soie
Un groupe de recherche rend visite aux communautés de Terra Madre le long de l'itinéraire emprunté par Marco Polo en s'intéressant à la génétique du goût.

Un groupe de chercheurs en génétique partira le mois prochain pour un périple le long de certaines portions de la Route de la soie et ira à la rencontre des communautés de Terra Madre vivant dans les régions qu'il traversera, de la Géorgie au Kazakhstan. Le but du voyage est d'étudier l'influence des gênes sur la perception des saveurs, de répertorier les traditions gastronomiques locales et d'organiser des séminaires d'éducation sensorielle. Né d'une idée présentée pour la première fois lors de la manifestation Terra Madre 2008, le projet s'inspire du voyage de l'explorateur vénitien Marco Polo le long de la Route de la soie. Les résultats de la recherche seront présentés lors de la rencontre mondiale de Terra Madre qui se déroulera en octobre à Turin (Italie) et ces conclusions seront utilisées pour différentes publications sur le site du projet et pour des émissions télévisées, des mallettes didactiques multimédia, des publications scientifiques et des galeries photographiques.
Le voyage sera ponctué de trois grands événements Slow Food : Terra Madre dans les régions de Géorgie, Azerbaïdjan et Kazakhstan.

Cliquez ici pour accéder au site du projet (en italien et en anglais)


< Retour à l'index >


Renforcer les réseaux
Dans les Balkans, les républiques de l’ex-URSS et en Argentine, les communautés de la nourriture se préparent en vue des rencontres nationales de Terra Madre

BalkansSofia, Bulgarie – 15-18 Juillet - 165 délégués originaires des dix pays de la péninsule balkanique se réuniront en juillet à Sofia, pour ce qui sera la première rencontre Terra Madre Balkans organisée dans leur région. Des représentants venus de Croatie, Bosnie Herzégovine, Serbie, Kosovo, Macédoine, Albanie, Roumanie, Bulgarie, Grèce et Turquie pourront ainsi se rencontrer et participer à des conférences et des séminaires sur la production alimentaire durable et sur le développement du tourisme rural dans la région. L'avenir de l'alimentation traditionnelle en relation avec l'entrée dans l'Union Européenne sera le thème principal de la rencontre. Pour plus d’informations, contactez Michele Rumiz : m.rumiz@slowfood.it

ArgentineBuenos Aires – 8-11 Juillet - Dans le même temps, de l'autre côté du monde, les membres du réseau de Terra Madre en Argentine et en Uruguay se préparent à se rencontrer, pour échanger des idées et renforcer leur réseau. La manifestation se tiendra le mois prochain à Buenos Aires et durera quatre jours. Un an après Terra Madre Argentine 2009, les membres du réseau national ont aujourd'hui une nouvelle occasion de se réunir en compagnie d'agriculteurs, de pêcheurs, de producteurs d'aliments bons, propres et justes, de cuisiniers, d'étudiants, d'universitaires et de consommateurs co-producteurs responsables. Pour plus d’informations, contactez Andrea Amato : a.amato@slowfood.com

Géorgie – Tbilisi 30-31 Juillet cette première rencontre régionale unira les membres Slow Food, les communautés de la nourriture et la Sentinelle du vin en amphore, ainsi que d’autres organisations du secteur. Une journée de débats et d’ateliers sera suivie d’une journée plus informelle au cours de laquelle les participants pourront déguster les bontés du territoire et participer au parcours éducatif sensoriel « Aux origines du goût ». Pour plus d’informations, contactez Victoria Smelkova: v.smelkova@slowfood.com

Azerbaïdjan – Ismailli–Shemaha – 5 août la rencontre aura lieu dans les collines de Ismailli-Shemakha et sera dédiée aux problèmes que rencontrent les producteurs locaux du fait du changement climatique. Elle sera aussi l’occasion de la présentation du parcours sensoriel “Aux origines du goût”. Pour plus d’informations, contactez Victoria Smelkova: v.smelkova@slowfood.com

Kazakhstan – Alma Aty – 2 settembre - l’événement est organisé avec l’Université Nationale Agraire ainsi que les chercheurs de l’Institut de la Nutrition, l’Institut de la Génétique, l’Institut de l’élevage et de la production de fourrages, des agriculteurs, des étudiants et des ONG. Pour plus d’informations, contactez Victoria Smelkova: v.smelkova@slowfood.com


  < Retour à l'index > 


Journée mondiale de l'environnement
Slow Food Fayoum se tourne vers les jeunes et l'environnement

Egypte - Au début du mois, plus de 200 personnes ont célébré la Journée mondiale de l'environnement en compagnie du convivium Slow Food Fayoum dans le parc Al Azhar du Caire. La manifestation a reçu la participation de plus de 1000 étudiants de tout le pays, de groupes écologistes, d'experts et du grand public. Un petit marché avait été mis en place pour l'occasion et proposait les produits des communautés de la nourriture de Terra Madre en Égypte : dattes de Siwa (Sentinelle Slow Food) et du Sinaï, herbes de Fayoum, pain et pâtisseries traditionnelles d'Alexandrie. Des dégustations et des activités didactiques ont été organisées et les projets du convivium ont été présentés aux visiteurs. La journée a également été l'occasion d'échanger, dans le cadre des conférences sur la biodiversité et des séminaires qui ont permis au convivium de partager avec le public la philosophie Slow Food.

Pour plus d'informations :
Mohamed M. El Medany, Reponsable du Convivium Slow Food Fayoum
medanyfao@yahoo.co.uk



  < Retour à l'index >


Un accueil royal
Slow Food UK, Carlo Petrini et le Prince Charles

Royaume-Uni - Le mois dernier, Slow Food UK a eu l'honneur d’organiser une réception hébergée par le Prince de Galles à Highgrove, dans le Gloucestershire : le programme prévoyait entre autres une visite des jardins biologiques du domaine et a été pour de nombreux membres britanniques l'occasion de rencontrer le Prince Charles et le président de Slow Food, Carlo Petrini.
Lors de son discours, Son Altesse Royale a déclaré : "Le mouvement Slow Food a un grand mérite : il rappelle aux gens le plaisir de manger des aliments vrais, il souligne le rapport étroit entre alimentation et gestion de la terre et de l'environnement, le lien intime entre culture et production alimentaire. J'ai beaucoup d'admiration pour ce qu'entreprend Slow Food." Parmi les 150 invités se trouvaient de nombreux soutiens de Slow Food au Royaume-Uni, sans oublier les organisations partenaires, les chefs et les représentants du réseau de conviviums Slow Food de tout le pays.

Cliquez ici pour voir la vidéo du discours du Prince Charles.

Cliquez ici pour lire l'article complet (en anglais) sur le site de Slow Food



 
< Retour à l'index >


Cours d'été sur l'alimentation
Le nouveau programme avancé en ligne de l'Université des Sciences Gastronomiques, consacré aux politiques alimentaires durables

Italie - L'Université des Sciences Gastronomiques a lancé un cours d'été international en ligne qui met l'accent sur le caractère durable et les politiques alimentaires, grâce à la participation d'experts du monde entier parmi lesquels Vandana Shiva, Serge Latouche, Jeremy Rifkin et Tim Lang. La finalité de ce cours est la rédaction d'un document qui contienne les lignes directrices relatives à huit aires thématiques reliées entre elles, destiné aux dirigeants désirant adopter des politiques alimentaires basées sur les analyses les plus récentes en matière de durabilité écologique, économique, sociale et sensorielle. Ce document sera présenté lors de la rencontre mondiale des communautés de la nourriture de Terra Madre, en octobre prochain.

Pour plus d'informations, cliquez ici.


 
< Retour à l'index >


Les cantines slow à l'écran
Slow Food France présente dans un film les cantines bonnes, propres et justes

France - Dans le cadre des efforts accomplis pour aider et inciter les écoles à améliorer leur service de restauration collective, Slow Food France a produit le documentaire Plus de frais à moindre coût. Ce film fait entrer le spectateur dans les cuisines de deux écoles qui ont adopté avec succès des pratiques bonnes, propres et justes. Ces deux écoles ont réussi à respecter leur budget et l'ensemble des réglementations, un résultat souvent réputé hors d'atteinte. Ce documentaire constitue la première d'une longue série d'initiatives planifiées par Haute Qualité Alimentaire, la campagne de Slow Food France pour une alimentation meilleure, avec une attention toute particulière aux plats servis dans les écoles. La prochaine étape sera la distribution d'une série d'instruments pratiques pour aider les communautés à concrétiser leurs idées en actions.
Le mois dernier, ce film a été projeté par Slow Food Coolporteur à Gap, dans le cadre du festival Savoirs et Saveurs de Montagne qui proposait également un marché, des démonstrations culinaires, des Ateliers du Goût et des débats entre autres activités conviviales et didactiques.

Cliquez ici pour lire l'article complet (en anglais) sur le site de Slow Food.


< Retour à l'index >


Les voix de
Terra Madre

 
Sagesse indigène dans un monde moderne

Stefan Mikaelsson est le président de l'assemblée générale du parlement Sámi, le seul organe officiel de représentation du peuple Sámi, un groupe ethnique indigène de la région de Sápmi (qui s'étend à travers la Suède, la Norvège, la Finlande et la Russie). Au cours de la réunion du Conseil international de Slow Food qui s'est tenue ce mois-ci, il a parlé du lien étroit entre son peuple et la nature, dans un monde toujours plus modernisé....

 

En tant que peuple, nous entendons faire valoir notre droit à l'autodétermination et à posséder, contrôler et gérer nos terres ancestrales, les eaux et les autres ressources. Notre territoire est le cœur de notre existence : nous sommes la terre et la terre fait partie de nous ; nous avons un lien spirituel et matériel très étroit avec la terre, et notre survie dépend essentiellement d'elle...

 
     
  Cliquez ici pour lire le reste de l'histoire de Stefan Mikaelsson sur le site de Terra Madre.

 

< Retour à l'index >


Traditions alimentaires

Les saveurs de la rigueur
Chez les Sami, peuple du Nord de l'Europe, les contraintes climatiques façonnent l'alimentation

Sur une terre où l'hiver est rigoureux et peut durer jusqu'à 200 jours, où les températures tombent parfois jusqu'à moins trente degrés et où le soleil ne se lève pas pendant plusieurs mois, le peuple indigène des Sámi a tissé des liens indéfectibles avec un environnement pourtant impitoyable. Leur terre, appelée Sápmi recouvre les régions du nord de la Suède, de la Norvège, de la Finlande et de la Russie. Une région particulièrement peu propice à l'agriculture, où la nature peut être sans merci. Au cours des siècles, ce peuple et sa culture ont pu survivre grâce à un respect et à un usage intelligent des ressources disponibles. La viande de renne est naturellement à la base de leur alimentation. Elle peut être préparée de différentes manières : crue ou cuite pendant plusieurs heures à feu doux, fumée ou salée (Suovas de renne). De même une excellente saucisse est préparée avec les bas morceaux, qui seraient autrement inutilisables. Les baies et les herbes spontanées qui poussent au cours des mois suivant le dégel sont aussi partie intégrantes de leur alimentation. Comme par exemple l'oseille. Sa baie au goût très acidulé et très riche en vitamines se ramasse dans la période qui précède l'été (le calendrier des Sámi prévoit huit saisons), avant la floraison. Traditionnellement, l'oseille était conservée dans les "trous d'eau", dans une boîte en bois. Le congélateur offre aujourd'hui une alternative aussi efficace à cette méthode de conservation. Le goût de cette herbe, qui rappelle les saveurs et les odeurs de l'été, est très apprécié. Elle est utilisée de différentes manières. Elle peut être bouillie et réduite en purée, puis accompagnée de lait (de chèvre et de brebis), de crème fouettée ou de yaourt et de sucre. Un vrai délice.


< Retour à l'index >


Pour nourrir l’esprit

Abandon du plastique
Les américains votent l'interdiction des sachets et des bouteilles en plastique 

États-Unis -
Au début du mois, l'assemblée législative de Californie a voté l'interdiction des sachets en plastique dans les pharmacies, chez les primeurs et dans les épiceries. De même, les commerçants devront dorénavant faire payer les sachets de cartons, qui devront être fabriqués en matériaux recyclables. La Californie emboîte ainsi le pas à la Chine, au Bangladesh, au Rwanda, à l'Érythrée, à la Tanzanie et à l'Ouganda où des lois similaires sont déjà en vigueur.
Les Nations Unies ont déjà lancé un appel pour que cette interdiction s'étende à l'échelle mondiale. "Nous, les États-Unis, sommes les inventeurs des sachets en plastique, qui se sont ensuite répandus en Europe et dans le reste du monde", déclare Julia Brownley de l'assemblée législative de Californie. Si le Bangladesh les a interdit et peut déjà mesurer les effets de cette décision sur l'environnement, je ne vois pas pourquoi la Californie ne pourrait pas le faire elle aussi.”
De l'autre côté du pays, la ville de Concord dans le Massachussetts pourrait devenir la première ville des États-Unis à interdire la vente d'eau en bouteille, à la suite d'un référendum citoyen du mois dernier. "Toutes ces bouteilles jetées sont nocives pour notre planète, elles forment des tas de déchets qui dérivent dans les océans et tuent les poissons, en plus de polluer nos rues. "C'est un grand résultat que d'avoir été les premiers du pays à le faire. C'est un problème dont il faut se préoccuper maintenant."

Cliquez ici pour lire l'article complet en anglais.


< Retour à l'index >



Livres et films

Il est facile de nourrir le monde


Dans Feeding people is easy, (Il est facile de nourrir le monde), Colin Tudge soutient que nous pouvons nous procurer les nutriments dont nous avons besoin, pour toujours, sans avoir besoin de nous en prendre aux animaux ou de dévaster le reste du monde. Lorsque l'agriculture est conçue dès le début pour nourrir le monde, au lieu d'être simplement un produit, tous les problèmes qui en découlent semblent se résoudre d'eux-mêmes. Dans un livre qui adopte dès les premières pages une vision positive, M. Tudge nous explique que si nous agissons correctement, nous pouvons créer des sociétés humaines qui soient vraiment justes, coopératives et pacifiques.
Feeding People is Easy, Colin Tudge, Pari Publishing, 2007.

Cliquez ici pour plus d'informations.

Cliquez ici pour la version italienne publiée par Slow Food Editore


< Retour à l'index >


Rompre le pain : recettes et histoires des cuisines des immigrés


Par le biais d'histoires de pâtes fabriquées à la main et chutney fait maison, de marchés locaux et de potagers dans le jardin, ce livre évoque les mémoires, les recettes et les traditions culinaires de personnes originaires du monde entier ayant émigré aux États-Unis. La chef et enseignante Lynne Anderson est entrée dans la cuisine des immigrés, où elle a découvert la capacité de l'alimentation à rappeler en mémoire les mondes perdus par tous ceux qui ont laissé beaucoup derrière eux en partant.

Breaking Bread: Recipes and Stories from Immigrant Kitchens, Lynne Christy Anderson, Univesity of California Press, 2010.


< Retour à l'index >



Un autre monde est cultivable !


Dans cette série de documentaires, la jeune réalisatrice allemande Ella von der Haide part à la découverte des jardins urbains collectifs du monde entier. Au fil des histoires, nous rencontrons les créateurs de ces jardins collectifs , qui nous présentent leurs jardins et leur vision. Ils nous expliquent comment et pourquoi leurs jardins ne sont pas de simples oasis de verdure au cœur des villes, mais aussi des portes ouvertes donnant sur "un autre monde".

Another World is Plantable!: Community Gardening Around the World, Ella von der Haide, 2003-2006.

< Retour à l'index >


   


 


La troisième révolution industrielle

Je trouve qu'il est possible d'établir des parallèles extraordinaires entre la nouvelle politique alimentaire soutenue par Slow Food et Terra Madre et les politiques énergétiques pour l'avenir, basées sur les énergies renouvelables qu'encourage le fameux économiste Jeremy Rifkin. J'ai pu m'en rendre compte lors d'un entretien avec lui dont j'ai tiré un long article.

Ce n'est pas un hasard si M. Rifkin parle de troisième révolution industrielle, et c'est avec ces mêmes mots que je m'étais adressé à l'assemblée plénière de Terra Madre en 2008 : "Vous serez les acteurs de la troisième révolution industrielle".

Au fond, l'alimentation est l'énergie nécessaire à la vie, et aussi bien la production alimentaire que la production d'énergie se révèlent aujourd'hui être les systèmes les moins écologiques créés par l'homme sur cette planète.

Une partie de ce manque de considération pour l'environnement est à attribuer à la volonté de centraliser ce qui est au contraire naturellement éparpillé. Par exemple, les sources d'énergies que nous utilisons, comme le pétrole, le charbon et l'uranium, ne se trouvent que dans certaines régions de notre planète. Il faut construire d'immenses infrastructures pour les extraire, les défendre et les distribuer. Elles ne sont pas infinies, elles génèrent une pollution importante et elles coûtent très cher.

Il en va de même pour l'alimentation : un système basé sur un pouvoir excessif entre les mains de quelques multinationales tend à centraliser les semences, les monocultures, les élevages et les sites de transformation pour ensuite distribuer les aliments dans toute la planète, avec les conséquences diététiques, économiques, sociales et économiques que nous connaissons déjà.

En revanche, l'alimentation locale, tout comme les sources d'énergie renouvelable telles que le soleil, l'eau et l'air, peut se retrouver partout sur la planète, sur chaque mètre carré de surface cultivable. Voici le parallèle principal : nous devons passer de systèmes fortement centralisés à des systèmes répartis, locaux et démocratiques.

C'est pour cela que les communautés de Terra Madre et les conviviums Slow Food peuvent devenir les moteurs de cette troisième révolution, c'est pour cela que nous représentons l'avant-garde que M. Rifkin n'a pas hésité à définir "ce qui contribuera à mettre un terme à la guerre que l'homme mène contre la nature".

Nous gardons notre passé à l'esprit, mais nous sommes projetés dans le futur : rares sont ceux dans le monde qui peuvent se targuer d'une telle force.


Carlo Petrini
Président de Slow Food

 




Devenez membre d’une

grande communauté
internationale qui défend l’agriculture, la pêche et l’élevage durables. Fêtez avec nous les plaisirs que nous offrent les meilleurs aliments du monde, dans toute leur variété.
servicecentre
@slowfood.com

 
   
 


.........................................................................


 

AGENDA

Terra Madre Argentine
Buenos Aires
8 - 11 Juillet 2010

Terra Madre Balkans
Sofia, Bulgarie
Juillet 2010

Janecka Vecer
Parc National, Macédoine
26 - 27 Juillet 2010

Terra Madre Georgie
Tbilisi
30 - 31 Juillet 2010

Terra Madre Azerbaïdjan
Ismailli–Shemaha
5 août 2010

Terra Madre Kazakhstan
Alma Aty
2 septembre 2010

Waterford Harvest Festival
Waterford, Irlande
10 – 19 septembre 2010

Salone del Gusto
Turin, Italie
21 - 25 Octobre 2010

Terra Madre
Turin, Italie
21 - 24 Octobre 2010

Terra Madre Day
International
Décembre 2010

 

......................................................................... 


 
Slow Food et Terra Madre
en chiffres


Adhérents: 100.000
Conviviums: 1.300
Pays: 150
Sentinelles: 324
Produits de l'arche du goût : 903
Marchés de la Terre: 10
Jardins écoles: 300

 

.
........................................................................
 


  Slow Food France propose 12 gestes pour manger Slow

1. Faites-vous (un) plaisir !
Prenez le temps de déguster, soyez à l’écoute de vos sensations : c’est le meilleur moyen de manger correctement.

2. Fêtez les saisons à table !
A chaque saison, retrouvez le plaisir de goûter à nouveau des saveurs éloignées depuis un an.

3. Pensez mondial, mangez
local !

Préférez la production d’agriculteurs ou d’éleveurs proches de chez vous: vous renforcerez ainsi l’économie locale et contribuerez à resserrer les liens entre les habitants d’un même territoire.

4. Mangez quelque chose que vous cultivez…
…et cultivez quelque chose que vous mangez. C’est la façon la plus délicieuse de vous relier à la
nature.

5. Rencontrez des agriculteurs, des éleveurs, des artisans et commerçants spécialisés.
Achetez en circuit court (marchés des producteurs, Amap…), auprès d’artisans (boulangers, charcutiers, fromagers…) ou de commerçants spécialisés et compétents.

6. Soyez curieux !
Au magasin, au restaurant, à la cafétéria, au supermarché, posez des questions sur la qualité des produits .

7. Choisissez avec un soin particulier vos aliments animaux.
Quand vous mangez de la viande, choisissez-la issue d’élevage pastoral à l’herbe (bœuf, agneau) ou d’élevages en liberté (porc, volailles).

8. Mangez varié pour promouvoir la biodiversité agricole.
Recherchez des variétés rares et « oubliées » de pommes, salades, céréales, fruits et légumes divers...

9. Mangez des produits complets, achetez brut ou préférez les produits les moins transformés.
Les produits transformés, tout comme les plats préparés, contiennent beaucoup d’aliments modifiés et des graisses de mauvaise qualité nutritionnelle.

10. Cuisinez !
C’est la meilleure façon de faire des économies tout en sachant exactement ce qu’il y a dans votre nourriture. C’est une façon simple et quotidienne de faire plaisir à ceux que vous aimez.

11. Achetez mieux, dépensez moins !
Manger mieux, ce n'est pas obligatoirement manger plus cher. Ne lésinez pas sur la qualité.

12. Soyez des éclaireurs du
goût !

Faites découvrir à vos enfants, à vos amis et à vos proches le vrai plaisir de la table.
 
 


 
  Cette newsletter est réalisée par le bureau de la communication de Slow Food International
 Bess Mucke: b.mucke@slowfood.com -  Michèle Mesmain: m.mesmain@slowfood.com
Pour les questions relatives à l'association,veuillez vous adresser au Centre de Services: servicecentre@slowfood.com
Pour ne plus recevoir cette newsletter, écrivez à communication@slowfood.com (objet: unsubscribe)